Les commentaires de Macron sur Taïwan irritent les alliés et ravissent Pékin

BRUXELLES – De plus en plus de personnes sont en colère contre le président français Emmanuel Macron.

Après des semaines de protestations à la maison contre un plan de refonte des retraites impopulaire, le président français fait maintenant face à la fureur de ses alliés à l’étranger à propos de son voyage de Sammy en Chine et de la nécessité pour l’Europe de se démarquer des États-Unis sur Taiwan et d’autres questions.

La visite et ses conséquences ont exaspéré les politiciens et les analystes des deux côtés de l’Atlantique, soulignant les écarts entre l’approche des États-Unis et de la France vis-à-vis de la Chine, montrant les divisions au sein de l’Union européenne – et peut-être Plaire à Pékin.

L’interview en question a eu lieu lors d’un voyage de trois jours en Chine qui a soulevé des sourcils sur un ton étonnamment optimiste, étant donné que Pékin n’a pas encore condamné la guerre de la Russie en Ukraine.

Alors que son avion présidentiel se rendait de Pékin à la ville méridionale de Guangzhou, où il devait prendre le thé avec le président Xi Jinping, Macron a répondu aux questions de Politico et du quotidien français Les Echos.

« La question que nous, Européens, nous posons est celle-ci : est-ce dans notre intérêt d’accélérer en ce qui concerne Taïwan ? Non », a-t-il déclaré. Entretien. « Le pire, c’est que les Européens doivent devenir des suiveurs sur ce sujet et s’inspirer du rythme américain et de la surréaction chinoise. »

L’Europe, a déclaré Macron, « risque d’être prise dans des crises qui ne sont pas les nôtres, ce qui nous empêche de construire une autonomie stratégique ». Il a également déclaré que l’Europe risquait de devenir un « esclave » et a déclaré que le continent devait réduire sa dépendance à l’égard de « l’étranger du dollar américain » – tous les points de discussion de Pékin.

READ  Des scientifiques découvrent des signaux cérébraux pour la douleur chronique | Santé

La Chine a approuvé la vision de Macron d’une « autonomie stratégique », qu’elle considère comme un fourrage pouvant être manipulé pour diviser l’Europe et les États-Unis.

Le point de vue de Macron selon lequel il est proche de la politique de Pékin aurait fait sourciller ses alliés dans n’importe quelle situation, mais le moment est particulièrement sensible.

Peu de temps après le départ de Macron de Guangzhou, la Chine a « encerclé » Taïwan et a commencé trois jours d’exercices de préparation à la guerre.

L’interview de Politico a été publiée le lendemain et contenait une fonctionnalité inhabituelle Note éditoriale Les responsables français ont donné leur accord pour l’interview à condition qu’ils puissent « vérifier » les citations et révéler le fait que le président français a supprimé des documents qui « parlaient plus ouvertement de Taiwan et de l’autonomie stratégique de l’Europe ».

L’interview a rapidement explosé alors que les analystes analysaient les propos de Macron et spéculaient sur ce qui manquait dans le discours final.

Aux États-Unis, un membre de la commission sénatoriale des relations étrangères, Sen. Marco Rubio (R-Fla.), a publié une publication. Vidéo Macron demande s’il parle vraiment pour l’Europe.

Les États-Unis, a-t-il dit, « dépensaient beaucoup d’argent des contribuables pour la guerre européenne ».

« Si Macron parle au nom de toute l’Europe, si leur position est qu’ils ne prendront pas parti sur Taïwan entre les États-Unis et la Chine, alors nous ne devrions pas non plus prendre parti », a-t-il ajouté.

« Est-ce que Macron croit vraiment que ce n’est pas l’affaire de l’Europe lorsque la Chine essaie de façonner l’ordre mondial en se basant uniquement sur les intérêts et le pouvoir chinois ? » a demandé Norbert Rotgen, membre du parlement allemand Twitter.

READ  La BBC Premier League libère Gary Lineker en crise de suspension – Date limite

« Macron », a déclaré Roettgen, « a réussi à transformer son voyage en Chine en un coup de presse pour Xi et en un désastre de politique étrangère pour l’Europe ».

Même si l’Europe est moins engagée envers Taïwan que les États-Unis, Macron a tort de le dire, surtout après le thé avec Xi, ont déclaré des analystes.

Joseph de Weck, auteur d’un livre en allemand sur Macron, a déclaré que certains pays européens partagent la conviction de Macron que Taiwan est un problème lointain, contrairement à l’Ukraine – mais s’abstiennent généralement de le dire.

« N’est-il pas intelligent de dire cela ouvertement? » Il a demandé. « En disant cela, vous autorisez Xi à ce que l’Europe ne soit pas trop dure. Vous abaissez la barre.

« Pourquoi dire ça maintenant ? » Il a continué. « Pour le moment, la priorité de chaque politicien européen est d’engager les États-Unis en Ukraine et d’avoir une alliance aussi forte que possible en Ukraine. »

« En faisant cela, il affaiblit clairement l’alliance au moment où certains aux États-Unis commencent à remettre en question son engagement avec l’Ukraine. »

Bien que Macron n’ait pas retiré ses commentaires, les responsables et diplomates français ont répondu en soutenant la visite de Macron et en soulignant que la position de la France sur Taiwan n’a pas changé.

« La France et l’Europe seront toujours les alliés et partenaires les plus proches de l’Amérique. La relation transatlantique est vitale et l’épine dorsale de l’ordre international mondial. Le concept d’autonomie stratégique européenne en fait partie. Tweeté Aurélie Bonal, Consule générale de France aux États-Unis.

READ  PRÉVISIONS DC-AREA: Ensoleillé et un peu de fumée aujourd'hui alors que les risques de tempête s'arrêtent

Les « plusieurs heures » que Macron a passées avec Xi lui ont permis de « parler de Taïwan, mais aussi de l’agression russe contre l’Ukraine et d’autres défis mondiaux importants », a-t-il écrit.

Interrogé sur les commentaires de Macron lundi, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré que les États-Unis et la France avaient une « terrible coopération bilatérale ».

La visite de Macron était une bonne nouvelle pour la Chine, préoccupée par la position dure de l’Europe envers le pays, et ses commentaires sur Taiwan ont fait la une des journaux.

Version en langue anglaise Temps mondiauxUne agence de presse contrôlée par le Parti communiste, connue pour son nationalisme féroce, a déclaré que les commentaires de Macron sur le fait de ne pas devenir des « esclaves » montraient « une observation et une réflexion à long terme ».

« C’est un point de vue », précise l’éditorial, « représentatif des gens intelligents d’Europe ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *