Netiporn « Bung » Sanesangkhom : la mort en détention d’un militant thaïlandais suscite des appels à une réforme de la justice



CNN

Un jeune militant emprisonné pour avoir insulté la monarchie thaïlandaise est décédé mardi à la suite d’une longue grève de la faim, ont indiqué des responsables, provoquant une vague de chagrin et de nouveaux appels à une réforme de la justice dans le royaume d’Asie du Sud-Est.

Netiporn « Bung » Sanesangkhom, 28 ans, est décédé d’une « crise cardiaque soudaine », a indiqué le département thaïlandais des services correctionnels dans un communiqué. Une équipe médicale a tenté de la réanimer avant de la transférer à l’hôpital universitaire Thammasat de Bangkok, mais elle « n’a pas répondu au traitement », a indiqué le département.

Le département a ajouté qu’une autopsie sera menée pour déterminer la cause du décès.

Netiborn était membre de Thalu Wang, un groupe de protestation qui poussait à la réforme de la puissante monarchie thaïlandaise et à la réforme du pays. Loi stricte sur la majestéCritiquer le roi, la reine ou l’héritier présomptif est passible d’une peine maximale de 15 ans de prison.

Le nom du groupe se traduit par « percer le palais ». Il fait campagne en menant des sondages d’opinion publique qui remettent en question l’autorité de la monarchie.

Netiporn faisait partie de la manifestation nationale de 2020 menée par des jeunes qui a vu des millions de jeunes descendre dans les rues des grandes villes pour appeler à des réformes politiques, démocratiques et militaires et, pour la première fois, critiquer ouvertement la monarchie et remettre publiquement en question son autorité. et la richesse.

Il était en prison depuis le 26 janvier et attendait son procès, selon des avocats thaïlandais, un groupe de défense des droits de l’homme.

Pendant sa détention, Netiborn a entamé une grève de la faim de 65 jours jusqu’en avril pour protester contre l’emprisonnement de dissidents politiques sans caution. Pendant ce temps, son état s’est aggravé et il a été transféré à l’hôpital de la prison.

Après que Netiborn ait été renvoyée en prison le 4 avril, le département correctionnel thaïlandais a déclaré qu’elle était capable de manger et de boire normalement, mais qu’elle était faible et souffrait d’articulations enflées et d’anémie. Il a refusé de prendre « des minéraux et des suppléments anti-anémiques », a indiqué le département.

READ  Kings C Domantas Sabonis aurait accepté une prolongation de 5 ans et 217 millions de dollars après la 1ère saison complète avec l'équipe

Panu Wongcha-Um/Reuters/Fichier

Netiporn Sanesangkhom, au centre, avec des membres du groupe « Bad Student » lors d’une manifestation antigouvernementale à Bangkok le 19 septembre 2020.

Le militant a fait face à sept affaires pénales, dont deux accusations de majesté. Il avait déjà passé 94 jours en prison en 2022 et avait entamé une grève de la faim avant d’être libéré sous caution, qui a ensuite été révoquée.

Un recours collectif a été déposé contre lui dans le cadre d’une manifestation de 2022 au cours de laquelle il a brandi une banderole dans un centre commercial très fréquenté de Bangkok qui disait : « Le cortège royal a-t-il causé des désagréments ?

Une autre accusation grandiose d’une manifestation similaire en 2022 a brandi une pancarte adressée au public : « Êtes-vous d’accord que le gouvernement permette au roi d’exercer le pouvoir à sa guise ?

Dans une lettre ouverte qu’elle a écrite depuis la prison en mars, Nettieborn a déclaré que grandir en tant que fille de juge lui avait fait comprendre que « ce pays n’a pas pour but de rendre justice aux petites gens ».

« Il n’est pas nécessaire d’être fille de juge pour comprendre l’ampleur de l’échec du système judiciaire. Leur existence n’est pas pour le peuple, ils sont sans vergogne pour les pouvoirs en place et certains groupes de ce pays », a-t-il écrit. « Juste en posant des questions et en klaxonnant, vous allez en prison. »

La mort de Netiborne a choqué de nombreuses personnes dans le pays et a suscité de nouveaux appels à des réformes du système judiciaire, qui permettraient de refuser la libération sous caution aux militants et de les maintenir en détention pendant des périodes plus longues avant leur procès.

READ  LeBron se prépare pour le "prochain défi" après la victoire des Lakers dans le match 3

« C’est un rappel choquant que les autorités thaïlandaises refusent sévèrement la liberté aux militants pro-démocratie dans le but de faire taire la dissidence pacifique. Beaucoup sont actuellement détenus et privés du droit à une libération provisoire sous caution », a déclaré Amnesty International dans un communiqué.

« Cet incident tragique devrait être un signal d’alarme pour les autorités thaïlandaises, leur demandant d’abandonner les poursuites et de libérer tous les défenseurs des droits humains et les personnes injustement détenues. »

Mardi soir, les partisans ont organisé une veillée aux chandelles devant le tribunal pénal du sud de Bangkok. Parmi les personnes présentes se trouvait Panushaya « Rang » Siddhijiravathanakul, un autre militant qui fait face à des accusations criminelles pour son implication dans les manifestations de 2020.

« Je me sens très choquée. Je me demande si elle est vraiment morte ? », a déclaré Panushaya à CNN mercredi. « Elle n’a obtenu aucune justice pour ses affaires. »

Banushaya a appelé le gouvernement du Premier ministre Shretha Thavisin à réagir à sa mort et a exigé la libération de tous les prisonniers politiques en Thaïlande.

« Devons-nous faire mourir davantage de personnes avant que vous vous en souciiez ? elle a demandé.

Mercredi, Shretha a qualifié la mort de Netiporn d' »incident tragique » et a ordonné au ministère thaïlandais de la Justice d’enquêter sur les circonstances qui l’entourent.

«Je voudrais exprimer mes condoléances à sa famille. Je suis convaincu que nous rendrons justice », a-t-il déclaré.

Répondant aux appels à la libération de tous les prisonniers politiques, Stretta a déclaré : « Je pense que le ministre de la Justice a entendu parler de cet appel et qu’il examine l’ensemble du système judiciaire. La justice doit être rendue à tous », a-t-il déclaré.

Thaïlande Certaines des lois et sanctions les plus sévères au monde pour les personnes reconnues coupables en vertu de l’article 112 du code pénal du pays peuvent durer des décennies. Il y a eu des centaines de personnes Poursuivi ces dernières années, y compris le Mongol Tirakot condamné 50 ans de réalisation Il a été emprisonné en janvier pour des publications sur les réseaux sociaux jugées préjudiciables au roi.

READ  Bourse aujourd'hui : mises à jour en direct

années, Organisations de défense des droits de l’homme Et les défenseurs de la liberté d’expression ont affirmé que le lèse-majesté avait été utilisé outil politique Les critiques à l’égard du gouvernement thaïlandais doivent être réduites au silence.

Les groupes de défense des droits affirment que le droit à la liberté d’expression a augmenté depuis les manifestations de 2020 en Thaïlande. Selon les Avocats thaïlandais pour les droits de l’homme, malgré la transition l’année dernière d’un gouvernement soutenu par l’armée à un gouvernement civil, la surveillance et l’intimidation des militants et des étudiants se poursuivent.

Depuis le début de ces manifestations en juillet 2020 jusqu’en mars 2024, au moins 1 954 personnes ont été poursuivies ou inculpées pour avoir participé à des réunions politiques et élevé la voix, dont 286 cas impliquant des enfants, selon le groupe de défense des droits.

Au moins 270 personnes ont été inculpées des majestés au cours de cette période, a ajouté le groupe.

« La mort de Mme Netiporn est la preuve que les problèmes liés aux poursuites politiques et à la détention de militants pro-démocratie, notamment dans les affaires de lèse-majesté, sont toujours d’actualité sous le gouvernement Pheu Thai », a déclaré l’avocat du groupe, Akarachai Chaimaneekarakate. CNN.

La mort de Netiporn survient alors que la Thaïlande est en compétition pour un siège au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et que le gouvernement thaïlandais négocie un accord de libre-échange avec l’Union européenne, a ajouté Akarachai.

« Les prisonniers politiques qui n’ont été reconnus coupables d’aucun crime par un jugement définitif devraient être libérés sous caution », a-t-il déclaré. « Le prix des libertés fondamentales ne devrait pas être leur vie. »

Cette histoire a été mise à jour avec des informations supplémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *