L’avocat de Trump sommé de témoigner à l’audience sur les documents de Mar-a-Lago

Un juge fédéral a ordonné à l’avocat de Trump, Evan Corcoran, de témoigner devant un grand jury pour examiner la mauvaise gestion présumée des dossiers de la Maison Blanche à Mar-a-Lago, ont rapporté plusieurs médias vendredi.

Dans une décision scellée du juge du tribunal de district américain Beryl Howell, elle a trouvé des preuves suffisantes que les conseils juridiques de Corcoran avaient été donnés dans la poursuite du crime, l’une des rares décisions qui obligent un procureur à discuter des communications avocat-client. Offre.

Le développement est une victoire importante pour l’avocat spécial Jack Smith alors que les procureurs poursuivent leur enquête sur plus de 300 dossiers classifiés trouvés au domicile de Trump en Floride.

Dans un mandat de perquisition, les procureurs ont déclaré à Mar-a-Lago que leur retrait violerait la loi sur l’espionnage, qui interdit la suppression ou la dissimulation d’informations relatives à la sécurité nationale.

Ni Corcoran ni son avocat n’ont immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Corcoran a déclaré que Trump avait exigé le retour des documents de la plupart de ses relations avec le ministère de la Justice.

Une série d’efforts pour les sécuriser, y compris une assignation à comparaître en juin pour les dossiers, Cororan a ensuite remis un dossier contenant 38 documents.

Corcoran serait l’avocat qui a rédigé la lettre certifiant le retour de tous les dossiers restants avec des identités classifiées à Mar-a-Lago, mais la lettre a finalement été signée par un autre avocat, Christina Popp. Il a insisté pour ajouter un libellé indiquant que tous les enregistrements avaient été retirés « sur la base des informations qui m’ont été fournies ».

READ  Meta a été condamné à une amende de 1,3 milliard de dollars pour avoir enfreint les règles de confidentialité des données de l'UE

La campagne Trump a rejeté cette décision comme une ingérence dans le droit à un avocat et a attaqué Howell, une personne nommée par Obama, dont la décision est intervenue alors qu’il démissionnait de son poste de juge en chef.

« Chaque fois que des avocats ciblent des avocats, c’est généralement un bon signe que leur dossier sous-jacent est très faible. S’ils ont un dossier authentique, inutile de jouer à la corruption avec la Constitution. Chaque Américain a le droit de consulter un avocat et d’avoir des discussions honnêtes, ce qui encourage le respect de la loi. « Nous combattrons le ministère de la Justice sur ce front, qui interfère avec les droits et valeurs fondamentaux de l’Amérique », a déclaré une porte-parole de Trump dans un communiqué.

« Interférer avec le droit des Américains à un avocat est une affaire sérieuse et sérieuse. Un juge, en violation de la procédure régulière et sans audience appropriée, dans les heures suivant sa date d’échéance – en tant que juge président supervisant un grand jury – est non américain et inacceptable .

Cependant, la décision notable de Howell était que les procureurs étaient en mesure de fournir des preuves suffisantes que la conduite de Corcoran atteignait le seuil de l’exception de fraude criminelle, ouvrant la porte à un deuxième entretien.

Corcoran a déjà comparu devant un grand jury dans l’affaire, mais a refusé de répondre à de nombreuses questions, invoquant le secret professionnel de l’avocat.

Ce n’est pas la première fois qu’un juge constate que l’un des avocats de Trump a enfreint la loi en donnant des conseils juridiques.

READ  Poutine invoque Stalingrad pour prédire la victoire du "nouveau nazisme" en Ukraine

Un juge fédéral basé en Californie a statué en mars de l’année dernière que John Eastman et Trump avaient plus que probablement commis des crimes dans le but de maintenir l’ancien président au pouvoir.

Eastman a rédigé les notes de service de la campagne Trump, arguant que le vice-président de l’époque, Pence, pouvait s’acquitter de l’obligation de certifier les résultats des élections.

Il fait maintenant face à des mesures disciplinaires de la part du barreau de l’État de Californie, ce qui pourrait entraîner la perte de sa licence d’avocat.

Mis à jour à 16h37

Copyright 2023 Nexstar Media Inc. Tous les droits sont réservés. Ce contenu ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *