Les aides et avocats de Trump pourraient être témoins dans l’affaire des documents

L’ancien président Donald J. Tout au long de l’enquête sur la manipulation par Trump de documents classifiés, son monde privé à Mar-a-Lago a été rempli d’intrigues, de tensions et de motifs concurrents alors que les enquêteurs cherchaient des témoignages et des preuves auprès de ses plus proches collaborateurs, conseillers et avocats. Et même des membres de ses services secrets.

Maintenant, sous le coup d’une mise en accusation fédérale, M. Avec Trump et les personnes qui travaillent actuellement pour lui, la pression est sur son entourage – à Mar-a-Lago en Floride et dans sa résidence d’été. Bedminster, NJ – seulement augmenté.

M. Trump est en train de faire campagne pour la présidence tout en préparant la sécurité. Pour compliquer les choses, il lui est interdit de discuter de ce dernier avec beaucoup de ceux qui pourraient l’aider avec le premier, dont certains parlent sans aucun doute au gouvernement de leur travail.

Devant le tribunal de Miami mardi, M. Le magistrat fédéral chargé du procès de Trump a ordonné à l’ancien président de ne pas discuter de l’affaire avec son co-accusé et assistant personnel, Walt Nauta. Avocats.

Le juge a également précisé que Trump ne voulait pas discuter des faits de son inculpation avec des témoins potentiels, et les principaux avocats ont accepté de lui fournir, ainsi qu’à ses avocats, une liste des personnes qu’il devrait surveiller. Conversation.

Pour conserver le pouvoir même après la défaite électorale, M. Comme l’enquête de l’année dernière du House Select Committee sur les efforts de Trump, une grande partie des preuves des audiences des documents indiquent que M. provenaient de personnes du cercle restreint de Trump, ce qui soulignait les coûts et les limites. Croyez en lui.

M. La nature difficile de la situation a été clairement mise en évidence lors des procédures judiciaires par l’un des avocats de Trump, Todd Blanche, qui a déclaré que M. Il a fait valoir que toute l’affaire contre Trump « porte sur ce qui s’est passé à Mar-a-Lago, et sur ce qui s’est passé ». à Bedminster. » Tenter d’empêcher l’ancien président de communiquer avec son personnel, a poursuivi M. Blanche, « est irréalisable ».

READ  Joe Biden propose de fortes hausses d’impôts pour les milliardaires et les entreprises américaines

M. Pour prendre un exemple des défis décrits par Blanche : M. Nauda et son avocat M. est allé dîner avec Trump, dit une personne familière avec la rencontre.

La question de savoir si M. Trump a falsifié des témoins découle d’audiences précédentes. Conseiller spécial Robert S. L’enquête menée par Mueller III, entre autres, M. Les messages Twitter de Trump, son ancien avocat et réparateur Michael T. Il a examiné si l’annonce de Cohen qu’il ne le retournerait pas constituait une entrave à la justice. (M. Trump n’a pas été inculpé.)

Même après avoir perdu les élections de 2020, M. Lors d’une audience du House Select Committee sur les efforts de Trump, l’ancienne représentante Liz Cheney, républicaine du Wyoming et présidente du comité, a déclaré que M. Trump avait passé un appel téléphonique direct. le témoin

Tout au long de l’enquête, les documents, menés par l’avocat spécial Jake Smith, ont révélé que de nombreux employés de Mar-a-Lago étaient M. Par l’équipe de Smith, M. Interrogé sur Trump, à l’époque, M. Comme Nauta, ils étaient représentés. Les avocats de M. Payé par le comité d’action politique de Trump.

Pour le défendre dans cette affaire, M. Certains des avocats embauchés par Trump pourraient être interrogés par le gouvernement et pourraient même comparaître comme témoins.

M. Parce que le style de parole de Trump est souvent incontrôlable, M. M. Cela peut être assez difficile pour Nauta, dont le travail consiste à suivre l’ancien président jour après jour, en répondant à tous ses petits besoins.

M. Les avocats sous Smith, M. Ils ont accepté de fournir à l’équipe de Trump une liste de témoins potentiels – bien qu’elle ait peut-être été étroitement adaptée pour éviter d’en révéler trop sur leur enquête. A cette fin, M. David Harbaugh, avocat principal de l’équipe de Smith, a déclaré que M. Il a déclaré au tribunal qu’il était peu probable qu’il s’agisse d’une « liste exhaustive » qui imposerait un fardeau indu à Trump et aux personnes qui travaillent pour lui.

READ  Apple monte, Bitcoin et Ethereum chutent : tendances du marché mardi

M. Le porte-parole de Trump, Steven Cheung, a déclaré à propos des témoins potentiels : « Le ministère de la Justice continue de montrer un manque total de respect pour l’État de droit en harcelant le président Trump, son équipe, ses avocats et ses partisans ». Il a déclaré que la décision des procureurs était une « tentative politiquement motivée d’interférer dans les élections de 2024 ».

L’acte d’accusation déposé contre l’ancien président la semaine dernière contenait des indices sur qui ils pourraient être.

Le principal parmi les témoins potentiels nommés dans l’acte d’accusation est M. L’ancienne assistante de Trump est Molly Michael, qui a travaillé pour lui à la Maison Blanche et plus tard à Mar-a-Lago, selon deux personnes proches du dossier. Mme Michael est décrite comme « Trump staffer 2 » et est apparue à plusieurs moments clés mentionnés dans le document d’accusation.

L’avocat de Mme Michael n’a pas répondu à un message sollicitant des commentaires.

M. Les procureurs ont décrit un texte qu’elle a envoyé à un autre membre du personnel indiquant à quelle distance de Trump les boîtes doivent être stockées: « Tout ce qui n’est pas joli dans les boîtes en papier peut certainement être stocké », a-t-elle écrit dans un message. À un autre moment, selon l’acte d’accusation, Mme Michael a photographié les boîtes avant que M. Trump n’en transmette au moins certaines à la fin de 2021, exhortant la National Archives and Records Administration à les restituer.

M. Trump se méfie de Mme Michael depuis qu’elle a quitté son emploi à la fin de l’été dernier, selon une personne familière avec sa pensée. Elle avait alors été approchée à plusieurs reprises par les enquêteurs, qui ont ouvert une enquête sur le sujet au printemps, selon une personne proche des propos.

Fin 2021, M. L’acte d’accusation mentionne également le « représentant Trump 1 », qui, selon l’acte d’accusation, a envoyé un message à Michael, disant que M. Ce représentant est l’avocat Alex Cannon, selon deux personnes proches du dossier. M. M. Trump ne travaille pas directement. Cannon a refusé de commenter.

READ  Le FBI arrête deux hommes pour des accusations liées à l'avant-poste de la police chinoise à New York

M. Cannon a été en contact avec des responsables des archives et, selon plusieurs personnes au courant de ses discussions avec l’ancien président, M. L’acte d’accusation se concentre étroitement sur les allégations qui empêchent une assignation à comparaître devant un grand jury pour les documents restants, mais M. Comme d’autres autour de Trump, M. Canon peut également fournir une fenêtre sur cette période.

Trump Attorney 1 et Trump Attorney 2, deux avocats nommés dans l’acte d’accusation, ont déclaré à M. Trump que May devrait effectuer une perquisition conformément à une assignation à comparaître du grand jury demandant la restitution de tous les documents classifiés en sa possession.

Ces avocats, M. Evan Corcoran et Jennifer Little, qui ont tous deux été assignés à témoigner et à enregistrer, ont déclaré que M. Par l’équipe de Smith, M. Selon l’acte d’accusation, M. Trump a dit à M. Corcoran qu’il voulait être à Mar-a-Lago pendant que M. Corcoran effectuait la perquisition et que Mme Little n’était pas obligée d’être là.

M. Corcoran, en particulier, pourrait s’avérer être un témoin clé si l’affaire est jugée, car M. La suite de Mar-a-Lago, qui a enregistré des notes audio détaillées de ses interactions avec Trump, a été assignée à comparaître et a fouillé des boîtes dans le stockage, dans un effort pour se conformer.

Un juge fédéral a rompu le privilège avocat-client de témoigner et M. Il a laissé Corcoran obtenir la plupart de ses notes. Plusieurs passages salaces d’eux sont cités dans l’acte d’accusation, montrant apparemment M. Trump essayant de répondre aux exigences énoncées dans l’assignation.

Pour commentaires, M. Corcoran n’a pas répondu. Mme Little a refusé de commenter.

M. L’acte d’accusation nomme également un troisième avocat – Trump Attorney 3 – qui a signé un affidavit à la demande de Corcoran. Tous les documents réactifs » trouvés.

Les procureurs affirment que l’affidavit, signé par l’avocate Christina Popp, est faux car M. Trump avait déjà ordonné à M. Nauta de se déplacer pour l’empêcher de fouiller plusieurs boîtes.

Ben a protesté Rapport contribué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *