Exclusif : les dirigeants africains proposent des « mesures de confiance » à la Russie et à l’Ukraine

  • Les dirigeants africains se rendent en Ukraine et en Russie vendredi et samedi
  • L’intention est d’engager un processus « diplomatique » pour résoudre le conflit
  • L’Afrique a été durement touchée par les retombées économiques de la guerre

JOHANNESBURG, 15 juin (Reuters) – Les dirigeants africains pourraient proposer une série de « mesures de confiance » lors des premiers efforts de médiation dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine, selon un projet de document-cadre consulté jeudi par Reuters.

Des dirigeants, dont les premiers ministres de la Zambie, des Comores et de l’Égypte, dirigés par le président sénégalais Macky Sall et le président sud-africain Cyril Ramaphosa, se rendront à Kiev vendredi et à Saint-Pétersbourg samedi.

Ils devraient rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le président russe Vladimir Poutine.

La visite intervient peu de temps après que l’Ukraine a lancé la semaine dernière la phase principale d’une contre-offensive qui, espère-t-elle, aidera à libérer le territoire détenu par les forces russes dans le sud et l’est.

Le document-cadre, qui n’a pas été rendu public, indique que la mission vise à « promouvoir l’importance de la paix et à encourager les parties à s’entendre sur un processus de négociations diplomatiques ».

« Le conflit et les sanctions imposées à la Russie par les principaux partenaires commerciaux du continent (africain) ont eu des effets néfastes sur les économies et les moyens de subsistance des Africains », a-t-il déclaré.

Le document énumère un certain nombre de mesures qui pourraient être proposées par les dirigeants africains dans le cadre de la première phase de leur engagement avec les parties belligérantes.

READ  Mod sun Avril Lavigne fait face à la rupture et à la fin des fiançailles

Ces mesures comprennent un retrait des troupes russes, le retrait des armes nucléaires tactiques du Bélarus, l’arrêt de l’exécution d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale visant Poutine et l’allégement des sanctions.

« Les mesures susmentionnées devraient viser à faciliter la création d’un environnement propice à un cessez-le-feu, qui permettra aux parties de renforcer la confiance et d’envisager l’élaboration de leurs stratégies de rétablissement de la paix », indique le document.

Le document indique que l’accord de cessation des hostilités pourrait se poursuivre et devrait être accompagné de négociations entre la Russie et l’Occident.

Ces négociations devraient porter sur des questions telles que le déploiement de systèmes d’armes à moyenne portée, d’armes nucléaires tactiques et de systèmes d’armes biologiques.

Plans de paix concurrents

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que Ramaphosa l’avait informé des efforts africains. Un porte-parole de l’ONU a déclaré que le couple s’était parlé il y a un mois.

« Bien sûr, j’encourage toujours tous les efforts liés à la paix. Ce n’est pas à moi de définir ce qu’ils permettront d’accomplir », a déclaré António Guterres aux journalistes jeudi. « Il s’agit d’une initiative importante basée sur la bonne volonté de nombreux pays significatifs. »

L’Initiative de paix africaine est l’un des nombreux efforts concurrents visant à mettre fin au conflit.

Présentée comme son propre plan de paix, la Chine a envoyé en mai un émissaire de haut niveau à Kiev, Moscou et dans les capitales européennes pour discuter d’une « solution politique ». Le Vatican a également lancé une mission de paix le mois dernier. Ce mois-ci, le ministre indonésien de la Défense a proposé un plan de paix que Kiev a rapidement rejeté.

READ  Présentation de Victor Wembaniama à la renommée et au sport de la NBA à Las Vegas

Kiev affirme que son plan, qui envisage le retrait des troupes russes du sol ukrainien, devrait constituer la base de tout règlement de la guerre lancée par la Russie en février dernier, que Moscou qualifie d' »opération militaire spéciale » pour « dégrader » son voisin.

Depuis le déclenchement de la guerre, l’Afrique est au centre d’une nouvelle compétition d’influence entre la Russie et la Chine d’une part et les pays occidentaux ont appelé Moscou à la condamner d’autre part.

Cependant, les gouvernements africains sont souvent neutres.

L’Ukraine a tenté de saisir les tribunaux en temps de guerre dans les pays du Sud et a défié l’influence diplomatique russe alors qu’elle tente de cimenter la vision que Zelenskiy a présentée comme la seule voie viable vers la paix dans son pays.

La sensibilisation, qui a vu le mois dernier le ministre ukrainien des Affaires étrangères entreprendre une deuxième tournée en temps de guerre dans les pays africains, a pris une plus grande urgence alors que des propositions de paix concurrentes ont émergé dans d’autres capitales.

Pendant ce temps, la Russie a envoyé un flux constant de délégations de haut niveau en Afrique au cours de l’année écoulée pour contrer les efforts occidentaux visant à influencer les positions des gouvernements dans le conflit.

Le Kremlin a minimisé les chances de pourparlers de paix significatifs avec Kiev.

Comme point de départ du progrès, il dit que l’Occident doit cesser de fournir à Kiev des armes, des renseignements et de la formation. La Russie n’a montré aucun signe d’être prête à retirer son annexion des quatre régions ukrainiennes et est catégorique sur le fait que l’Ukraine ne doit pas rester dans l’OTAN.

READ  Binance accepte de n'autoriser que les employés américains à accéder aux fonds des clients de la SEC

Les pays africains ont été durement touchés par les retombées de la guerre, qui a perturbé l’approvisionnement en céréales et autres denrées alimentaires, exacerbé l’inflation des prix alimentaires et aggravé les crises de la faim sur le continent.

La Black Sea Grains Initiative – négociée par les Nations Unies et la Turquie en juillet de l’année dernière – a contribué à atténuer une partie de cette pression, Poutine suggérant cette semaine qu’il pourrait se retirer de l’accord.

Parmi les mesures proposées par les dirigeants africains dans la première phase de leur engagement figurait un « accord inconditionnel sur les céréales et les engrais ».

Rapporté par Johannesburg Newsroom; Reportage supplémentaire de Michelle Nichols aux Nations Unies et Tom Balmforth à Kiev; Écrit par Joe Bevier et Olivia Kumwenda-Mtbambo Montage par Mark Potter et Nick MacPhee

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *