Israël a annoncé un « statu quo tactique » dans le sud de la bande de Gaza pour permettre une aide supplémentaire

JERUSALEM (AP) — L’armée israélienne a annoncé dimanche une « pause tactique » dans son offensive dans le sud de la bande de Gaza. Aide humanitaire.

L’armée a indiqué que la suspension serait en vigueur dans la région de Rafah de 8h00 (05h00 GMT, 1h00 heure de l’Est) à 19h00 (16h00 GMT, midi heure de l’Est). Ces suspensions auront lieu tous les jours jusqu’à nouvel ordre.

La suspension vise à permettre aux camions d’aide d’atteindre le point de passage de Kerem Shalom, situé à proximité, sous contrôle israélien, la principale porte d’entrée de l’aide, et de se rendre en toute sécurité à l’autoroute Salah al-Din, une route clé nord-sud, pour livrer des fournitures à d’autres. Certaines parties de Gaza, ont indiqué les militaires. Il a indiqué que la suspension était coordonnée avec l’ONU et les agences humanitaires internationales.

Le passage pose problème depuis que les forces terrestres israéliennes se sont installées à Rafah début mai.

L’offensive militaire israélienne contre le groupe militant Hamas, qui dure depuis huit mois, a plongé Gaza dans une crise humanitaire, a déclaré l’ONU. La communauté internationale a exhorté Israël à faire davantage pour désamorcer la crise.

Du 6 mai au 6 juin, l’ONU a reçu en moyenne 68 camions d’aide par jour, selon les chiffres du bureau humanitaire de l’ONU, OCHA. Cela représente une augmentation par rapport aux 168 camions par jour d’avril et bien loin des 500 camions par jour dont les groupes humanitaires disent avoir besoin.

Les flux d’aide vers le sud de Gaza ont diminué à mesure que les besoins humanitaires augmentaient. Plus d’un million de Palestiniens, dont beaucoup ont déjà été déplacés. Il a fui Rafah après l’invasion, se rassemblant dans d’autres parties du sud et du centre de Gaza. La plupart croupissent désormais dans des camps de tentes accroupies avec des égouts à ciel ouvert dans les rues, utilisant des fossés comme latrines.

READ  Southwest se retire de ces 4 aéroports en raison de retards de livraison de Boeing

Le COGAT, l’organisme militaire israélien qui supervise les livraisons d’aide à Gaza, affirme qu’il n’y a aucune barrière à l’entrée des camions. Du 2 mai au 13 juin, 8 600 camions de tous types, humanitaires et commerciaux, sont entrés à Gaza, soit une moyenne de 201 par jour. Mais une grande partie de cette aide s’est accumulée aux carrefours et n’a jamais atteint sa destination finale.

Shimon Friedman, porte-parole du COGAT, a déclaré que le stockage par Kerem Shalom de sa cargaison dans la bande de Gaza était la faute de l’ONU. Il a déclaré que les agences avaient « des problèmes logistiques fondamentaux qui n’ont pas été résolus », notamment une pénurie de camions.

L’ONU nie ces allégations. Ça dit Combats entre Israël et le Hamas L’ONU à Gaza Il est très dangereux pour les camions de se rendre à Kerem Shalom, près de la frontière avec Israël.

Il indique également que les livraisons ont ralenti parce que l’armée israélienne doit autoriser les chauffeurs à se rendre sur le site, un système qui, selon Israël, est conçu pour protéger les chauffeurs. En raison de l’insécurité, des camions d’aide ont dans certains cas été pillés par des foules alors qu’ils traversaient les routes de Gaza.

Le nouvel arrangement vise à réduire la nécessité de coordonner les livraisons en offrant chaque jour une fenêtre ininterrompue de 11 heures pendant laquelle les camions peuvent entrer et sortir du passage à niveau.

Il n’était pas clair dans l’immédiat si l’armée assurerait la sécurité des camions humanitaires sur l’autoroute.

READ  La frustration des électeurs noirs bouillonne alors que Biden se présente à la réélection

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *