Ce qu’il faut savoir sur le règlement House c. NCAA et une journée historique pour le sport universitaire

La NCAA et ses instances dirigeantes ont convenu jeudi de permettre aux athlètes universitaires d’être payés directement par les universités concurrentes, marquant ainsi une rupture potentielle avec le système amateur centenaire de l’organisation.

Les deux parties dans le recours collectif House c. NCAA Règlements dûment notifiés Le règlement de plusieurs milliards de dollars remodèlera le sport universitaire, y compris 2,75 milliards de dollars de dommages-intérêts que la NCAA doit aux anciens athlètes de Division I, ainsi qu’un futur modèle de partage des revenus entre les écoles de conférence de pouvoir et les athlètes.

« Ce règlement historique fera entrer le sport universitaire dans le 21ème siècle, avec des athlètes universitaires capables de recevoir une part équitable des milliards de dollars de revenus qu’ils génèrent pour leurs écoles », a déclaré Steve Berman, l’un des principaux avocats des plaignants. Communiqué de presse.

Une semaine plus tard, le conseil des gouverneurs de la NCAA et les présidents des conférences Power 5 – ACC, Big 12, Big Ten, Pac-12 et SEC – ont tous voté en faveur du règlement proposé. Le président de la NCAA, Charlie Baker, l’a décrit comme « une étape importante dans la réforme continue du sport universitaire », une institution qui a été confrontée à une avalanche de contestations juridiques et de changements politiques ces dernières années.

« Nous avons parcouru ce long chemin juridique en quête de justice économique dans le sport universitaire depuis plus d’une décennie, mais le moment est enfin venu de mettre en place un système de rémunération plus équitable pour les athlètes universitaires », a déclaré l’avocat Jeffrey Kessler, un autre plaignant principal.

Voici ce que vous devez savoir et ce qu’il faut surveiller lors d’une journée historique pour l’athlétisme universitaire.

expression de solution

Plusieurs détails de règlement – ​​notamment les gros titres et les mauvais modèles de paiement – ​​ont été rapportés ces dernières semaines.

Aller plus loin

Comment le règlement House contre NCAA pourrait changer les sports universitaires : ce que vous devez savoir

L’annonce confirme que le montant total des dommages et intérêts en réparation s’élève à « plus de 2,75 milliards de dollars » et a été payé sur une période de 10 ans.

En ce qui concerne le partage des revenus, le communiqué note qu’en moyenne 22 % des revenus des plans de conférence électronique alloués au partage des revenus sont destinés à la première année de l’accord – et ce chiffre augmentera avec le temps – et se traduit par 22 %. Le projet devrait représenter « plus de 20 millions de dollars par école et par an ». Le chiffre de 20 millions de dollars est largement cité comme chiffre approximatif basé sur les revenus récents des conférences de pouvoir, et c’est en fait un bon point de départ. Ceci est facultatif ; Les écoles peuvent choisir un modèle de répartition des revenus et décider quels athlètes elles souhaitent rémunérer. Le montant d’argent versé aux athlètes augmente légèrement chaque année à mesure que les revenus globaux projetés des conférences de puissance augmentent.

READ  Mike Lynch : le cofondateur d'Autonomy acquitté de fraude lors d'un procès américain

Le communiqué décrit le partage des revenus comme « des bourses d’études, des paiements nuls à des tiers, des soins de santé et d’autres avantages que les athlètes universitaires reçoivent déjà » et estime que sur une période de règlement de 10 ans, la valeur totale dépassera 20 $. milliard de dollars, ce qui en fait l’un des plus importants règlements de recours collectifs antitrust de l’histoire.

Quant au paiement de « plus de 2,75 milliards de dollars » de dommages-intérêts rétroactifs sur 10 ans, la NCAA est responsable d’environ 1,2 milliard de dollars, soit 41 %, de la réserve. Les conférences de puissance génèrent environ 24 pour cent des revenus futurs, le Groupe des 5 environ 10 pour cent, les écoles FCS environ 13 pour cent et les écoles DI non liées au football environ 12 pour cent.

Il y a un sentiment parmi les petits programmes, surtout lorsque la plainte de la Chambre visait principalement les programmes de conférences de pouvoir, que le modèle leur impose un fardeau financier disproportionné.

Les plafonds de bourses de la NCAA sont également éliminés par le règlement, ce qui entraîne des limitations de la liste. Aucun détail ni aucun détail n’a été fourni dans le communiqué et n’est pas entièrement réglé, mais les écoles devraient disposer d’une certaine flexibilité dans la manière dont les bourses sont distribuées pour les sports. Cela peut créer des défis numériques dans l’adaptation des limites actuelles des bourses dans les limites plus larges de la liste.

Autres affaires antitrust

Le règlement de la Chambre était en fait basé sur Hubbard c. NCAA et Carter c. Deux autres affaires antitrust très médiatisées, représentées par les plaignants Berman et Kessler dans le district nord de Californie, régleront la question de la NCAA. Sources informées du processus de négociation Athlétique La résolution de ces poursuites supplémentaires est un aspect clé des conditions de règlement pour la NCAA, qui, espère-t-elle, apportera un certain soulagement aux litiges.

aller plus profondément

Aller plus loin

Pourquoi la NCAA propose-t-elle une nouvelle subdivision ? Explique les luttes juridiques connexes

Il convient d’apprécier l’étendue de cet allègement, comme en témoigne une décision rendue dans une autre affaire antitrust. Fontenot c. La NCAA est un procès distinct déposé au Colorado qui demande la certification d’un recours collectif et affirme que les règles interdisant les compensations « pay-for-play » violent la loi antitrust. Il s’agit notamment de Carter c. Les affirmations sont similaires à celles avancées dans la NCAA. Une demande de la NCAA visant à transférer l’affaire Fontenot au même tribunal du district nord de Californie et à la consolider avec Carter a été rejetée jeudi. Alors que l’affaire Fontenot est portée devant un tribunal du Colorado, les représentants des plaignants estiment que leurs réclamations sont plus larges que l’affaire Carter et pourraient influencer d’autres athlètes universitaires à se retirer des cours de règlement de la Chambre ou à s’y opposer et à poursuivre une résolution différente.

READ  Trump tente d'annuler les actes d'accusation recommandés par l'enquête du grand jury de Géorgie contre Trump – médias

« Nous avons porté l’affaire Fontenot pour lutter pour de meilleurs droits pour la prochaine génération d’athlètes universitaires, et même si nous attendons toujours d’évaluer pleinement cette proposition d’accord de règlement, nous avons certaines inquiétudes sur la base de ce qui a été rapporté », a déclaré Garrett Broshuis, un avocat dans l’affaire Fontenot. Athlétique. « Nous continuerons à nous battre pour ces athlètes collégiaux qui méritent une représentation continue. »

Le plein impact de Fontenot sur le reste du Colorado reste à déterminer. Les avocats des plaignants et la NCAA estiment que régler l’affaire Carter dans le cadre du règlement de la Chambre obscurcirait les réclamations Fontenot et les empêcherait d’aller de l’avant. Cette décision dépend en fin de compte du règlement de la Chambre et de la question de savoir si la juge Claudia Wilken, qui préside l’affaire de la Chambre, approuve ces conditions.

« Le juge (Wilken) a clairement indiqué que s’il y avait un règlement incluant les réclamations Fontenot, il ne permettrait pas que ces réclamations soient traitées sur une base collective dans le Colorado », a déclaré Berman. Athlétique. « Donc, au mieux, Fontenot, en tant que recours collectif proposé, est de courte durée et n’affecte pas le règlement (du logement). »

« Si un règlement est approuvé dans l’affaire House, cela résoudra toutes les réclamations dans l’affaire Fontenot, et peu importe où Fontenot est entendu », a déclaré Kessler. Athlétique.

Prochaines étapes du processus de résolution

Malgré un accord entre les deux parties, aucun détail du règlement n’a été finalisé. Pour un règlement d’un recours collectif, les conditions doivent être soumises au juge Wilken pour approbation préliminaire, ce qui devrait être fait dans les 30 à 45 prochains jours. Si l’approbation préliminaire est accordée, il y aura une période de plusieurs mois au cours de laquelle les dommages rétroactifs et ceux des futures classes de partage des revenus seront notifiés et auront la possibilité de se retirer ou de s’opposer aux termes de l’accord. Verdict du juge. Cela est suivi d’une audience d’approbation finale, au cours de laquelle, si le juge l’accepte, le règlement entre officiellement en vigueur.

Ainsi, même sans aucun amendement, le règlement ne sera finalisé que plus tard cette année, très bientôt.

« Si un règlement est conclu, il conduira pour la première fois à un système de compensation véritablement équitable, dans lequel les athlètes pourront recevoir un retour historique sur leurs contributions à leur sport », a déclaré Kessler dans une interview. Athlétique Plus tôt cette semaine, avant l’annonce officielle. « Cela va transformer ces athlètes, et cela se fera en temps réel. Si nous n’obtenons pas de solution, je pense que nous y arriverons quand même, mais cela prendra des années de litige.

aller plus profondément

Aller plus loin

Mandel : Ce que signifie – et ne veut pas dire – l’ère du sport universitaire payant

Problèmes non résolus

Indépendamment de l’affaire Fontenot, le débat sur cette affaire est un exemple de questions restées sans réponse dans le processus de règlement. Par exemple, la part des revenus annuels moyens de 22 % disponible pour le partage des revenus des conférences de pouvoir a été négociée sans aucune contribution des joueurs et constitue un taux bien inférieur à celui distribué aux joueurs dans la plupart des ligues professionnelles américaines, un problème qui pourrait encore aggraver le problème. Discussion sur les efforts de syndicalisation et le statut d’emploi des athlètes universitaires.

READ  Des cartes de stockage extensibles Xbox moins chères arrivent

La NCAA, cependant, demandera des dérogations aux règles antitrust du Congrès, décrivant même le règlement comme « une feuille de route pour les dirigeants sportifs universitaires et le Congrès » dans un communiqué. Le règlement de la Chambre offre des garanties et des avantages importants, et l’organisation estime qu’une approche de négociation collective n’est pas nécessaire.

« Cela crée un cadre qui rend possible un autre type de conversation avec le Congrès », a déclaré Baker lors des réunions de printemps du CAC au début du mois. « Donc, à bien des égards, je suis optimiste. »

Pendant ce temps, d’autres questions persistent. Le modèle de partage des revenus du programme de règlement des athlètes de la Power Conference suit-il la politique du Titre IX, avec des paiements proportionnels aux athlètes masculins et féminins ? Si elle est testée, cette affaire déclenchera des litiges supplémentaires. On ne sait pas non plus quel impact le règlement de la Chambre pourrait avoir sur le rôle des filiales tierces de NIL, qui opèrent actuellement en dehors des terrains de sport et ont développé une culture non réglementée de paiement pour jouer. On a parlé ces derniers mois de la possibilité pour la NCAA d’autoriser les départements sportifs à exécuter ces combinaisons NIL à domicile.

aller plus profondément

Aller plus loin

Portail de football universitaire confidentiel : falsification, contrats NIL et comment la confusion sur le portail se produit

Il existe des inquiétudes quant à l’effet de retombée que ces nouvelles exigences de financement auront également sur les départements sportifs, y compris la possibilité pour les écoles de supprimer les sports, les ressources sportives ou les postes administratifs dans les écoles de conférence de pouvoir et hors conférence de pouvoir. Dans le même temps, le règlement de la Chambre creuserait davantage un fossé entre ces deux groupes et pourrait, dans quelques années, déclencher un débat sur la division des programmes de football les plus rentables en super conférences ou en une version de la Super League.

Il faudra s’attaquer à ce problème dans les mois et les années à venir. Mais pour l’instant, la NCAA s’oriente vers une solution et un avenir où les athlètes amateurs non rémunérés ne seront plus le pilier déterminant du sport universitaire.

« L’héritage (l’affaire House) a été le changement le plus fondamental et révolutionnaire dans l’histoire du sport universitaire », a déclaré Berman. Athlétique. « Cela ouvre la voie à un partage sans restriction des revenus qui changera la vie des athlètes universitaires. »

(Photo : Mitchell Layton/Getty Images)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *