La Turquie face à une deuxième élection avec Erdogan en tête

  • Ni Erdogan ni son rival n’ont franchi le seuil des 50%
  • Les prétendants se bousculent pour le décompte électoral
  • Erdogan prend la tête après 20 ans au pouvoir

ISTANBUL, 14 mai (Reuters) – Le président turc Tayyip Erdogan a battu les prévisions lors des élections de dimanche, manquant de peu la majorité absolue mais se dirigeant vers un deuxième second tour présidentiel alors qu’il cherche à prolonger son règne de deux décennies.

Ni Erdogan ni son rival Kemal Kilicdaroglu n’ont vu le seuil de 50 % nécessaire pour le second tour du 28 mai comme un verdict sur la voie de plus en plus autoritaire d’Erdogan.

Le vote présidentiel déterminera non seulement qui dirigera la Turquie, membre de l’OTAN, qui compte 85 millions d’habitants, mais aussi si elle reviendra sur une voie plus laïque et démocratique ; Comment va-t-il gérer sa crise aiguë du coût de la vie et gérer ses relations clés avec la Russie, le Moyen-Orient et l’Occident ?

Kilicdaroglu a déclaré qu’il gagnerait le second tour et a exhorté ses partisans à être patients.

Mais Erdogan s’en est mieux tiré que les sondages préélectoraux ne l’avaient prédit, et a semblé confiant et dans un esprit combatif alors qu’il agitait son drapeau et s’adressait à des partisans enthousiastes.

« Nous avons déjà 2,6 millions de voix d’avance sur notre concurrent le plus proche. Nous nous attendons à ce que ce nombre augmente avec les résultats officiels », a déclaré Erdogan.

Avec près de 97% des urnes comptées, Erdogan était en tête avec 49,39% des voix et Kilicdaroğlu avec 44,92%, a rapporté l’agence de presse publique Anadolu. La haute commission électorale turque a donné à Erdogan 49,49% des voix, avec 91,93% des urnes comptées.

READ  Le transfert de Lionel Messi Inter Miami est terminé alors que la MLS confirme le contrat; Sorti le dimanche

Erdogan a l’avantage

Les résultats ont reflété une profonde polarisation dans un pays à la croisée des chemins politiques. Le référendum devait donner à la coalition au pouvoir d’Erdogan une majorité au parlement, lui permettant de passer à un second tour.

Les sondages préélectoraux indiquaient une course très serrée, mais donnaient à Kilicdaroglu, qui dirige une coalition à six, une légère avance. Deux sondages vendredi l’ont également montré au-dessus de la barre des 50%.

« Erdogan aura un avantage lors du deuxième scrutin après que sa coalition ait mieux réussi que la coalition de l’opposition », a déclaré Hakan Akbas, directeur exécutif du cabinet de conseil politique Strategic Advisory Services.

Un troisième candidat présidentiel nationaliste, Sinan Ogan, a obtenu 5,3% des voix. Les analystes ont déclaré qu’il pourrait être le « faiseur de rois » du second tour, selon le candidat qu’il approuve.

L’opposition a déclaré que l’équipe d’Erdogan retardait la publication des résultats complets en déposant des objections tandis que les autorités publiaient les résultats dans un ordre qui gonflait artificiellement le décompte d’Erdogan.

Clikdaroglu, lors d’une précédente comparution, a déclaré que le parti d’Erdogan « détruisait la volonté de la Turquie » en s’opposant au décompte des 1 000 urnes. « Vous ne pouvez pas arrêter ce qui se passe avec des objections. Nous ne laisserons jamais cela se produire », a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, les supporters des deux camps ont célébré.

Des milliers de partisans d’Erdogan se sont rassemblés au siège du parti à Ankara, diffusant des chansons de fête par des haut-parleurs et agitant des drapeaux et des affiches d’Erdogan. Certains ont dansé dans la rue.

Clé Poutine Alli

« Nous savons que ce n’est pas encore exactement une fête, mais nous espérons célébrer bientôt sa victoire. Erdogan est le meilleur dirigeant que nous ayons eu pour ce pays et nous l’aimons », a déclaré Yalcin Yildirim, 39 ans, propriétaire d’une usine textile.

Fayez Balcu, 23 ans, ingénieur en cybersécurité, a déclaré : « Nous admettons que l’économie n’est pas en bonne forme actuellement, mais Erdogan va l’améliorer ».

Au siège du parti CHP à Kilikdaroglu, les partisans ont agité les drapeaux du fondateur de la Turquie Mustafa Kemal Atatürk et ont battu des tambours.

Le choix du prochain président de la Turquie est l’une des décisions politiques les plus importantes des 100 ans d’histoire du pays et se répercutera bien au-delà des frontières de la Turquie.

Une victoire d’Erdogan, l’un des alliés les plus importants du président Vladimir Poutine, réjouirait le Kremlin, mais pourrait également encourager l’administration Biden et de nombreux dirigeants européens et du Moyen-Orient qui ont eu des relations difficiles avec Erdogan.

Le dirigeant de longue date de la Turquie a transformé le membre de l’OTAN et le deuxième plus grand pays d’Europe en un acteur mondial, en le modernisant avec des mégaprojets comme de nouveaux ponts et aéroports et en construisant une industrie de l’armement recherchée par les nations étrangères.

Mais sa politique économique erratique de taux d’intérêt bas, une crise du coût de la vie et l’inflation, ont fait de lui la cible de la colère des électeurs. La lenteur de la réponse de son gouvernement à un tremblement de terre dévastateur dans le sud-est de la Turquie au début de cette année qui a tué 50 000 personnes a ajouté à la consternation des électeurs.

READ  Microsoft lance le générateur d'images AI d'Edge pour tout le monde

Majorité parlementaire

Kıltaroglu a promis de restaurer la démocratie après des années de répression étatique, de revenir à des politiques économiques orthodoxes, de renforcer les institutions qui ont perdu leur autonomie sous Erdogan et de reconstruire des liens fragiles avec l’Occident.

Si l’opposition gagne, des milliers de prisonniers politiques et de militants pourraient être libérés.

Les critiques craignent qu’Erdogan ne gouverne de manière encore plus autocratique s’il remporte un autre mandat. Le président de 69 ans, doyen d’une dizaine de victoires électorales, dit tenir à la démocratie.

Lors du vote parlementaire, l’Alliance populaire de l’AKP d’origine islamiste d’Erdogan, le MHP nationaliste et d’autres partis ont obtenu de meilleurs résultats que prévu et se sont rapprochés de la majorité.

Avec 93% des votes comptés, il a remporté 324 sièges au parlement de 600 sièges. L’Alliance nationale de Kilicdaroğlu, composée de six partis d’opposition, dont son Parti républicain laïc (CHP), fondé par Atatürk, se voit garantir 211 sièges.

L’Alliance du travail et de la liberté, dirigée par le parti pro-kurde de la gauche verte, a remporté 65 sièges.

Écrit par Alexandra Hudson Montage par Frances Kerry

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *