La contestation de l’ordre aux frontières de Biden a été attaquée par les républicains

source d’images, Belles photos

légende, Un groupe de migrants tentant de traverser la frontière américaine depuis le Mexique a été arrêté hier

Les rivaux républicains du président américain Joe Biden et certains de ses alliés démocrates ont critiqué son nouveau décret visant à restreindre l’arrivée d’immigrants enregistrés à la frontière américano-mexicaine.

En vertu de cette ordonnance, entrée en vigueur à minuit, les autorités peuvent rapidement expulser les immigrants qui entrent illégalement aux États-Unis sans traiter leur demande d’asile.

Les démocrates de gauche, les militants et l’ONU ont exprimé leurs inquiétudes, tandis que les républicains ont critiqué le plan comme étant un stratagème d’année électorale et ont plaidé pour une action plus dure.

Mais M. Biden affirme que ses opposants républicains ont fait obstacle à un accord bipartisan sur la sécurité des frontières qui a échoué au Congrès plus tôt cette année.

titre de la vidéo, Biden a annoncé une interdiction pour les immigrants de traverser illégalement la frontière

L’ancien président américain Donald Trump, candidat républicain aux élections de novembre prochain, a critiqué mardi l’action exécutive de M. Biden.

M. Trump a écrit sur les réseaux sociaux que M. Biden avait « renoncé à notre frontière sud » et faisait désormais « enfin semblant de faire quelque chose ». Il a été repris par d’autres, dont le sénateur du Texas Ted Cruz.

Le président a riposté, accusant la campagne Trump de « démarche politique très cynique », faisant pression sur les législateurs républicains pour qu’ils bloquent un projet de frontière proposé au Congrès plus tôt cette année.

S’exprimant mardi, le président a promis que son décret « nous aiderait à prendre le contrôle de notre frontière ».

Il a demandé de la patience aux critiques de gauche. « Ne rien faire n’est pas une option », a-t-il déclaré.

Une douzaine de défenseurs et de législateurs démocrates ont tenu mardi leur propre conférence de presse devant le Capitole américain, critiquant la décision de M. Biden.

Pramila Jayapal, présidente du Groupe progressiste du Congrès, s’est dite « profondément déçue » et a déclaré que l’ordre était « un pas dans la mauvaise direction ».

titre de la vidéo, Les immigrants réagissent au décret de Biden sur l’immigration

Plus de 6,4 millions d’immigrants ont été empêchés d’entrer illégalement aux États-Unis sous l’administration de M. Biden. La fréquentation a chuté cette année, même si les experts estiment que cette tendance ne devrait pas se poursuivre.

La Maison Blanche affirme que le nouvel ordre « restera en vigueur aujourd’hui, lorsque les rencontres à grand volume le long de la frontière sud dépasseront notre capacité à fournir des résultats en temps opportun ».

Les restrictions entrent en vigueur lorsque la frontière est « haute », comme la décrit la Maison Blanche – lorsque la moyenne sur sept jours des passages quotidiens atteint 2 500.

« Ils permettront aux autorités de l’immigration d’expulser plus facilement les personnes qui n’ont aucune base légale », ont expliqué les responsables.

La frontière ne rouvrira aux demandeurs d’asile que lorsque le nombre moyen atteindra 1 500 sur sept jours – puis elle rouvrira aux migrants deux semaines plus tard.

D’autres mesures visent à accélérer le règlement des affaires d’immigration devant les tribunaux et à accélérer l’expulsion de ceux qui n’ont pas de base légale pour rester aux États-Unis.

Le traitement des demandes d’asile aux points d’entrée se poursuivra conformément à l’ordre.

Environ 1 500 demandeurs d’asile se rendent chaque jour aux points de passage officiels, souvent après avoir pris rendez-vous à l’aide d’une application des douanes et de la protection des frontières (CBP) appelée CBP One.

Parmi les mesures annoncées figurait le recours à une loi de 1952 permettant de restreindre l’accès au système d’asile.

Une loi appelée 212(f) permet à un président de « suspendre l’entrée » d’étrangers si leur arrivée est « préjudiciable aux intérêts » du pays.

La même restriction a été utilisée par l’administration Trump pour interdire l’immigration et les voyages en provenance de nombreux pays à majorité musulmane, suscitant des accusations de racisme et refusant l’asile aux personnes surprises en train d’entrer illégalement aux États-Unis.

« Il est regrettable que le débat politique sur l’immigration évolue dans une direction de plus en plus restrictive », a déclaré Jenny Murray, présidente et directrice générale du Conseil national de l’immigration.

Kerlaine Joseph, directrice exécutive de Haitian Bridge Alliance, qui travaille avec les migrants haïtiens à la frontière, a déclaré que cette annonce était « une attaque directe contre le droit humain fondamental de demander l’asile ».

Une porte-parole de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés a exhorté les personnes craignant d’être persécutées à avoir accès à un territoire sûr.

La question de l’immigration est devenue un casse-tête pour M. Biden en cette année électorale. Trump s’est déjà engagé à mener la « plus grande répression des expulsions » de l’histoire des États-Unis pour expulser les immigrants sans papiers s’il est réélu.

Les responsables de l’administration Biden ont résisté aux comparaisons avec la politique du président Trump, affirmant que les nouvelles règles annoncées mardi ne s’appliqueraient que pendant les périodes de fréquentation accrue.

Les enfants à charge et les personnes victimes de trafic seront exemptés, ont-ils déclaré.

L’administration Biden prévoit de défendre les nouvelles politiques contre toute contestation juridique à laquelle elle pourrait être confrontée devant les tribunaux – un point souligné par Mme Jayapal.

Les médias mexicains ont présenté cette décision comme l’une des politiques les plus dures de M. Biden, bien que le président Andrés Manuel López Obrador ait tenté de minimiser le problème, arguant que la fermeture des frontières est « impossible » pour les échanges économiques et culturels.

Les responsables de Tijuana ont demandé ce qui arrive aux demandeurs d’asile qui se voient refuser l’entrée aux États-Unis.

Les refuges de la ville mexicaine seront bientôt surpeuplés, a prévenu un responsable local. « Nous allons commencer à voir des gens dans les rues, dormant sous des tentes. »

READ  Des millions de personnes respirent un air dangereux à cause de la fumée des incendies de forêt au Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *