Des corans ont été brûlés devant les ambassades égyptienne et turque au Danemark

COPENHAGUE, 25 juillet (Reuters) – Un petit groupe d’activistes anti-islamiques a incendié mardi des Corans devant les ambassades d’Egypte et de Turquie à Copenhague, à la suite de manifestations similaires qui ont provoqué la colère des musulmans au Danemark et en Suède ces dernières semaines.

Le Danemark et la Suède ont déclaré qu’ils condamnaient l’incendie du livre saint de l’islam mais ne pouvaient pas l’empêcher en vertu des lois protégeant la liberté d’expression. La semaine dernière, des manifestants en Irak ont ​​incendié l’ambassade de Suède à Bagdad.

Le groupe a été mis en scène devant l’ambassade d’Irak lundi et la semaine dernière après l’incendie d’un Coran par un groupe de « patriotes danois » à Copenhague mardi. Deux incidents de ce type ont eu lieu en Suède au cours du dernier mois.

Le ministère irakien des Affaires étrangères a appelé lundi les responsables des pays de l’UE à « reconsidérer rapidement le soi-disant droit à la liberté d’expression et de manifestation » à la lumière des incendies du Coran.

La Turquie a déclaré lundi qu’elle condamnait fermement ce qu’elle appelait une « attaque haineuse » contre le Coran et a exhorté le Danemark à prendre les mesures nécessaires pour empêcher ce « crime haineux » contre l’islam.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a appelé mardi les responsables suédois à condamner la profanation des Corans.

Le Danemark a condamné les incendies comme « des actes provocateurs et honteux », mais affirme qu’il n’a pas le pouvoir d’arrêter les manifestants non violents.

Le ministre danois des Affaires étrangères, Lars Løkke Rasmussen, a déclaré mardi avoir eu un « appel téléphonique constructif » avec le ministre irakien des Affaires étrangères Fouad Hussein au sujet des relations bilatérales entre les deux pays et de l’incendie du Coran.

READ  Les licenciements de Disney frappent la production télévisuelle et les services d'acquisition - The Hollywood Reporter

« DK a condamné à plusieurs reprises ces actes honteux de certains individus. Il a exhorté toutes les manifestations à être pacifiques », a-t-il écrit sur le réseau social X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

« Les gens bénéficient de la liberté d’expression lorsqu’ils manifestent », a déclaré à Reuters Drin Baumbach, professeur de droit à l’Université de Copenhague, expliquant les lois danoises. « Ce n’est pas seulement une expression verbale. Les gens peuvent s’exprimer de différentes manières, comme brûler des choses. »

(Reportage de Louis Brusch Rasmussen, édité par Terje Solsvik et Nick McPhee)

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *