Élections françaises 2024 en direct : le NFP remporte le plus grand nombre de sièges, Macron deuxième, Le Pen troisième

Des acclamations ont éclaté dans les rues de Paris dimanche soir après que les résultats prédisent que le Nouveau Front populaire (NFP) de gauche battrait le parti d’extrême droite du Rassemblement national (RN) lors des élections législatives anticipées en France.

Une foule nombreuse s’est ensuite rassemblée sur la Place de la République de la capitale pour célébrer la victoire de la coalition de gauche au Parlement, scandant le slogan populaire de gauche « La jeunesse fout le Front national ».

Le NFP est un amalgame de plusieurs partis, allant du parti d’extrême gauche France Unbot aux socialistes et écologistes plus modérés.

La coalition a remporté 182 sièges à l’Assemblée nationale, ce qui en fait le groupe le plus important, mais n’a pas atteint les 289 sièges nécessaires pour obtenir la majorité absolue, a indiqué le ministère français de l’Intérieur.

Les agents électoraux commencent à compter les votes à Schildheim, en France.

S’adressant à une foule de partisans en extase près de la place Stalingrad, Jean-Luc Mélenchon, le leader incendiaire de l’Anbo en France, a déclaré que les résultats étaient « un grand soulagement pour la majorité des gens de notre pays ».

« Notre peuple a clairement rejeté le pire des cas », a déclaré Mélenchon. « Un élan spectaculaire de mobilisation civile s’est installé ! »

Jean-Luc Mélenchon, leader du parti Sans opposition en France et membre du Nouveau Front populaire, a salué ses partisans à Paris après l'annonce de résultats partiels.

Dimanche soir, la police a dégagé la place de la République et a tiré des gaz lacrymogènes sur la foule, en majorité des jeunes.

Mais les manifestants étaient optimistes et des photos montraient des gens de toute la ville applaudissant et célébrant.

Les gens réagissent aux pronostics de résultats à Paris.

L’ambiance était bien pire pour les partisans du parti d’extrême droite RN.

L’atmosphère maussade lors de la manifestation de campagne du RN dans le parc du Bois de Vincennes à Paris s’est effondrée une heure avant la fermeture des bureaux de vote lorsqu’il est devenu clair que la coalition d’extrême droite arriverait en troisième position dans les sondages.

Les gens se rassemblent place de la République à Paris pour célébrer les résultats préliminaires.

Une fois la prédiction annoncée, Jordan BartellaLe leader du RN, âgé de 28 ans, a déclaré que la France était plongée dans « l’incertitude et l’instabilité ».

Bien qu’en tête après le premier tour de scrutin, le parti d’extrême droite du Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen et ses alliés ont remporté 143 sièges.

Si aucun parti n’obtient la majorité, le Parlement risque de se retrouver dans une impasse et divisé en trois circonscriptions.

Marine Le Pen, chef du parti d'extrême droite Rassemblement national, a déclaré aux journalistes à Paris que des résultats partiels montraient que son parti ne remporterait pas la majorité.

La bonne performance du RN au premier tour a alimenté les craintes que la France soit sur le point d’élire son premier gouvernement d’extrême droite depuis le régime collaborationniste de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale.

READ  Guerre de la Russie en Ukraine : mises à jour en direct

Mais les résultats de dimanche ont constitué un bouleversement majeur et montrent la volonté écrasante des électeurs français d’empêcher l’extrême droite de prendre le pouvoir – même au prix d’un Parlement sans majorité.

Les partisans du parti d'extrême droite Rassemblement national français ont réagi à Paris après l'annonce de résultats partiels.

Le bloc centriste du président Emmanuel Macron, qui a chuté à une terrible troisième place lors du premier tour de scrutin de dimanche dernier, a connu une forte reprise pour remporter 163 sièges.

Le partisan de Macron, Gabriel Atal, a annoncé lundi matin sa démission de son poste de Premier ministre. Il a semblé critiquer la décision de Macron d’appeler à un référendum anticipé, affirmant qu’il n’avait « pas choisi » de dissoudre le Parlement français.

Les gens se rassemblent lors d'un rassemblement nocturne électoral sur la place de la République à Paris.

Après les élections législatives, le président français nomme un Premier ministre issu du parti ayant remporté le plus de sièges. Habituellement, cela signifie un candidat du propre parti du président. Cependant, les résultats de dimanche placent Macron face à la possibilité de nommer un homme de la coalition de gauche, dans le cadre d’un arrangement rare connu sous le nom de « collaboration ».

S’adressant à ses partisans près de la place Stalingrad, Mélenchon a déclaré que « Macron a le devoir d’appeler à un nouveau Front populaire pour gouverner ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *